Les tomates

 

Les Tomates

 

Ch’est un paufe garchon, i s’appelot Edmond, i’étot des corons du côté d’Fouquières.

I’en avot assez, après ses journées, d’aller travailler dins l’gardin d’sin père,

Pour s’in échapper, i s’dit j’va m’marier; cha était vite fait, i’étot pas vilain,

Alle étot béllotte, un petit peu lolotte mais pour la popotte alle n’y connaissot rien

 

Il mangeot des tomates, des tomates, des tomates.

‘L’paufe garchon, i savot bien, qu’i’étot marqué par le destin.

Mais i’s’disot pour se faire eune raison, ch’aurot pu ête la saison des melons.

 

Cha devot arriver, il a tout plaqué, il s’in est allé pour trouver l’bonheur.

Ch’est à Carpentras, qu’un jour il trouva quéquose qui’étot pas sin métier d’mineur.

Dins ches pays là, in réclame des bras, pour dire que ch’est pas l’boulot qui les tue.

Du matin au soir comme un vrai bagnard, i’étot sur l’trimard, i’in pouvait plus.

 

Il portot des tomates, des tomates, des tomates.

‘L’paufe garchon, i savot bien, qu’i’étot marqué par le destin.

Mais i’s’disot pour se faire eune raison, ch’aurot pu ête la saison des melons.

 

Il avot ma foi, un biau filet d’voix, alors ch’est pour cha qui voulot canter.

I appris des canchons sur s’n’accordéon, les microssillons cha l’faisot rêver.

I véyot déjà Paris, l’Olympia, remplissant sus’l’tas Johnny Hallyday.

Mais l’jour qu’i canta, dins l’vieux cinema, alors arriva c’qui devot arriver.

 

Il pleuvot des tomates, des tomates, des tomates.

‘L’paufe garchon, i savot bien, qu’i’étot marqué par le destin.

Mais i’s’disot pour se faire eune raison, ch’aurot pu ête la saison des melons.

 

A toutes les misères qu’il a eu sur Terre, i’a pas sû y faire, i’a pas supporté.

Et ches à Fouquières, tout près d’sin grand-père, dins l’vieux cimetière, qu’il est interré.

Ch’est par amitié, qu’l’aute jour in a semé, des belles tchiotes pensées, il les aimot tant,

Quind in y est retourné deux, tros mos après, in est tous resté comme deux ronds flans.

 

Il poussot des tomates, des tomates, des tomates.

‘L’paufe garchon, i savot bien, qu’i’étot marqué par le destin.

Mais i’s’disot pour se faire eune raison, ch’aurot pu ête la saison des melons.

 


la-chti-nathalie mémé rené
Créer des graphiques animés personnalisés

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×